Création d'une mare pédagogique à La Rivière-Drugeon

Plan d’eau, trou d’eau, nappe d’eau… à chacun son mot pour désigner la mare ! La diversité du vocabulaire utilisé, montre combien il est difficile de définir cet hydrosystème...

Les actualités de la mare

 


 

* Janvier 2016 : creusement de la mare avec l'entreprise Lonchampt

 

* Décembre 2015 : Opération de piquetage par une classe de l'école de La Rivière-Drugeon

Le projet

Créer un lieu de découverte et d’observation, préserver la biodiversité de la Vallée du Drugeon, proposer un nouvel espace pédagogique aux habitants (petits et grands)... Les objectifs étaient nombreux dans ce projet de création de mare.



Sous l'initiative du CPIE, en partenariat avec la mairie et l'APVD, une mare a été creusée sous la digue de l'étang de La Rivière-Drugeon en janvier 2016.



Cette mare, d'environ 40 m2, permettra aux habitants de la vallée de venir observer et découvrir la biodiversité très spécifique des mares. Ce lieu servira également de support pédagogique pour les animations et formations.

 

  • Mais... qu'est-ce qu'une mare ?
 

Plusieurs paramètres la caractérisent :

- superficie restreinte,

- faible profondeur,

- renouvellement d’eau limité,

- importante variété biologique (faunistique et floristique) inter annuelle.

La mare est donc une petite étendue d’eau à renouvellement limité.
C’est un milieu fragile. On a assisté depuis les années 1960, à une lente dégradation des paysages : suppression de haies, altération des zones humides... Les zones humides sont également considérées comme des surfaces improductives. Les mares se trouvent souvent isolées dans un paysage extrêmement simplifié par les activités humaines. Cette situation fragilise les populations animales et végétales au point d’entraîner, parfois, leur disparition.
Heureusement aujourd’hui, l’intérêt de ces zones est largement reconnu et l’on assiste à la réalisation de projets de conservation, de restauration et de création.


  • Qui sont les habitants de la mare ?

 La faune et la flore d’une mare sont influencées par les caractéristiques de l’eau, du fond, des berges et des conditions d’éclaircissement. L’état trophique (degré de richesse d’un milieu en éléments nutritifs) définit aussi le peuplement d’une mare.

    La faune

Selon l’environnement local, les batraciens, les libellules et de nombreux insectes aquatiques vont venir coloniser eux-même le site. Certains animaux viendront s’installer dès les premières semaines. Les amphibiens mettront un peu plus de temps que les insectes à coloniser la mare.
A l’occasion des crues, certains poissons provenant du cours d’eau avoisinant, pourront s’introduire dans la mare et le ruisseau.

Voici les différents types d’animaux qui viendront coloniser, ou qui seront de passage sur le site :
    > les insectes et la micro-faune aquatique : dytiques, gerris, nèpes, notonectes, larve de phryganes…
    >  les oiseaux : martin pêcheur, bergeronnette des ruisseaux…
    >  les amphibiens : grenouille rousse, triton alpestre, alyte accoucheur, …
    >  les mammifères : musaraigne aquatique, renard…
    >  les poissons : brochets, tanches, gardons...



    La flore

La flore des mares est une flore spécifique et variée. La profondeur et la pente sont deux facteurs particulièrement importants qui conditionneront avant tout la qualité de la mare et son intérêt écologique. Il faut savoir que les différentes espèces de plantes aquatiques ont chacune leurs préférences quant à la profondeur de l’eau avec :

    >  les plantes des berges et des rives marécageuses (myosotis, menthes, lysimaque, populage des marais, reine des prés, prêle des marais…)

    >  les plantes semi-aquatiques, enracinées dans la vase, qui s’avancent au plus jusqu’à 50 cm de profondeur (roseau, massette, phragmite, jonc fleuri, carex,  iris jaune…)

...     >  les plantes submergées, dites oxygénantes (callitriche, renoncule aquatique, cresson, nénuphar jaune, nymphéa blanc, myriophylle, cornifle…)



Accueil > Nos projets en cours > Création d'une mare pédagogique à La Rivière-Drugeon